Le conseiller du roi          | Espace Nord

Le conseiller du roi

Par Armel Job
Préface de Guido Fonteyn
Postface de Jérémy Giltaire
Édition 2013
Première édition 2010
Genre Romans et récits
ISBN 9782930646527
N° Espace Nord 303
Pages 320
Voir le dossier pédagogique
  • Version papier
  •   Broché, 12 x 18,5 cm
  • 10,00 €

Au printemps 1950, la Belgique est au bord de la guerre civile. La population, divisée, réclame l’abdication du roi Léopold réprouvant, entre autres, son remariage pendant la guerre avec Liliane Baels, la roturière promue princesse de Réthy. De son côté, au fond des Ardennes, Henry Gansberg Van der Noot, le conseiller du roi, tente de négocier cette crise et se lance dans une relation sentimentale avec Aline, une jeune fille du village, de 30 ans sa cadette. Aline... Liliane... De part et d’autre la colère populaire monte et échappe à tout contrôle.

Le pied de M. le conseiller est bien enflé. Il le contemple d’un œil incrédule. Tout juste s’il ne lui parle pas. Qu’est-ce qui t’est arrivé, mon pauvre? Qu’est-ce qui nous est arrivé ? Il est bleu, presque noir, jaune sur les bords, luisant comme s’il avait tout d’un coup engraissé. Le bandage et l’épingle de nourrice reposent sur le carrelage de la cuisine. Le pied est tout nu. Il n’ose pas se plaindre. C’est un peu tard puisqu’il n’a encore rien manifesté depuis l’accident, la veille. Il ne va pas commencer maintenant que la tête de M. le conseiller a bien d’autres embarras.

Le conseiller s’est levé à cinq heures. Il était éveillé depuis longtemps. Une veine à sa tempe gauche se convulsait comme un gicleur et expédiait des jets de sang douloureux à l’ourlet de son oreille. S’il enfonçait ce côté dans le traversin, la décharge envahissait l’angle de la mâchoire, les ailes du nez et, surtout, la gorge, qui s’affolait. S’il se tournait, il avait l’impression que les pulsations résonnaient autour de lui, au risque de tirer Aline du sommeil profond où elle avait sombré au sortir de ses bras.

Il ne pouvait pas rester comme ça. Il avait précau- tionneusement soulevé les couvertures et s’était glissé hors du lit. En touchant la carpette, ses orteils lui avaient aussitôt rappelé qu’une foulure – pourvu qu’on s’y intéresse, ce dont il n’avait guère eu le loisir jusqu’ici – c’est très douloureux. Il avait grimacé, enfilé une robe de chambre et était descendu en se cramponnant à la rampe. Il s’était assis à la cuisine sous le téléphone mural et l’avait actionné contre tout espoir, car il savait, comme tout le monde, que la demoiselle du téléphone n’est pas à son poste avant six heures.

Alors, pour tuer le temps, il avait défait son bandage et s’était retrouvé face à face avec ce gros paturon bleui, encore étonné de ce qui lui était arrivé. Est-ce qu’il avait mal ? Oui, oui, sûrement, mais il remettait à plus tard de s’abandonner à ses élancements. Il devait d’abord téléphoner.

Six heures moins cinq. La téléphoniste doit bien arriver au central quelques minutes avant de prendre son service! Le conseiller donne quelques coups de manivelle. Enfin, une poitrine haletante lui répond :

«Bonjour, monsieur le conseiller! Je vous prends tout de suite, le temps de m’installer.

– Bonjour, Jeannette. Pourriez-vous me donner...

– C’est pour une urgence, je suppose, monsieur le conseiller. J’appelle déjà Bruxelles.

Non, non, Jeannette. Ce n’est pas pour Bruxelles. »

Cette fille est énervante. De quoi se mêle-t-elle? D’abord, elle n’a pas à l’appeler « monsieur le conseiller ». Il est le numéro 18 qui demande un autre numéro. Point, à la ligne. Évidemment, à Barzée – 224 habitants dont moins de 30 abonnés –, Jeannette connaît tous les numéros du village et même de sa zone. Elle vous identifie sur-le-champ. À l’autre bout du fil, per- sonne ne se met en peine non plus de consulter l’annuaire. (La souplesse de son papier lui confère un bien meilleur emploi aux cabinets.) On se contente de dire à Jeannette: «Passe-moi le boucher, Jeannette! Ou celui- ci ou celui-là.» Donc elle en use avec le conseiller comme avec tous ses correspondants, abstraction faite d’un léger rengorgement bien compréhensible. Ce n’est pas rien tout de même de prendre un appel de M. Gansberg van der Noot, conseiller du roi, qui, depuis sa gentilhommière de Barzée, contacte des sénateurs, des ministres, quand ce n’est pas le palais royal lui-même. Il est vrai également que le conseiller a eu recours à ses services ces derniers temps plus souvent qu’à son tour. Maintenant qu’il est établi que la consultation populaire sur le retour du roi aura lieu dans quelques mois, au printemps 1950, il n’a plus la moindre tranquillité, même en fin de semaine quand il est à Barzée, et il multiplie les coups de fil à des heures indues. Jeannette s’est promue agent de liaison, et même, dans son for intérieur, assistante de M. le conseiller : elle l’accable de sa dévotion.

[…]

En Vidéo
"Le Conseiller du Roi", c'est d'abord une histoire comme Armel Job aime nous les raconter. Une histoire qui relève à la fois de la comédie sociale, de l'intrigue policière, et de la tragédie. Une histoire inscrite, aussi, dans celle de la Belgique, et plus précisément l'une de ses pages les plus douloureuses : la Question royale...
Regarder cette séquence sur Vimeo
Auteur
Armel Job
Armel Job est né à Durbuy en 1948. Licencié-agrégé de philologie classique, il est directeur du collège de Bastogne et un auteur confirmé dont les romans ont été couronnés par de nombreux prix. Il a publié notamment, chez Robert... lire la suite
Index
Des Auteurs Des titres
Facebook