La Salle des profs | Espace Nord

La Salle des profs

Dossier pédagogique

Par Liliane Wouters
Réalisé par Romain Faraone
Édition 2015
Pages 21
Voir le livre

Destiné en priorité au corps enseignant, ce dossier présente une analyse de "La Salle des profs" pour permettre aux élèves de mieux découvrir la littérature belge. Vous y trouverez des informations sur les spécificités du texte et de son auteur (résumé, contexte, biographie, prolongements bibliographiques), mais également des pistes de réflexion pour favoriser le débat en classe.

Dossier disponible en version PDF : télécharger

Découvrez nos autres dossiers via l'espace pédagogique.

L'auteure

d) Caractéristiques de l’écriture

Centrés sur les questions existentielles de l’être humain, les textes de Liliane Wouters s’attachent à décrire l’intemporel, particulièrement dans son œuvre poétique. Ils expriment ce qui pourrait être ressenti par tout homme en tout temps. L’auteur réalise, à cet égard, un travail intéressant sur la neutralité énonciative et sur la manière de la rendre en français :

« Si elle parlait d’elle, ce n’était pas au féminin, c’était, je ne dirais pas au masculin mais au neutre, comme si elle s’attardait à cette frontière où il n’y a encore ni hommes, ni femmes mais seulement des âmes. De même pour le temps, elle n’était pas encore enfermée dans l’actuel. Il semblait qu’elle ne fût pas née . »

Chez Liliane Wouters, tout texte naît d’une intensité intérieure. Pour approcher l’absolu, l’auteure doit « laisser agir » l’intuition qui devient alors matière en gestation. « Sous mon nom vit un écrivain que je connais à peine, que je suis souvent, que je rejoins parfois, dont je ne suis que l’instrument », confie l’académicienne dans son discours de réception. Wouters adopte donc une posture en apparence passive, mais qui n’exclut pas un travail minutieux et souvent acharné. Ce travail se conçoit toutefois différemment en poésie et au théâtre.

L’écriture des poèmes est marquée par une recherche du terme précis et du rythme équilibré. C’est Roger Bodart qui l’aide à gommer les défauts de la néophyte et qui l’encourage à exercer sans relâche son écriture . Liliane Wouters maintient ce degré d’exigence dans toutes ses publications, n’hésitant pas à se taire quand elle estime n’avoir rien à dire. L’écrivaine n’a pas opté pour un ton unique qui définirait l’entièreté de son œuvre poétique. Tantôt fougueuse et riche en métaphores, tantôt sobre et linéaire, la poésie de l’auteure belge peut prendre forme dans des textes brefs ou longs de plusieurs dizaines de pages. Progressivement, Wouters bouscule le rythme régulier de ses vers, multipliant les enjambements pour « rompre la mélodie » :

« Revenez dans sept ans car
j’aurai fait peau neuve. L’art
de vivre pour moi consiste
à changer d’écorce. Triste
captivité de mes os . »

L’écriture dramatique, au contraire de la poésie, ne s’est pas imposée naturellement à Liliane Wouters. Parallèlement à l’introspection quasiment ascétique de la poète, le besoin d’expérimenter un langage plus concret et d’établir un lien avec le public s’insinue peu à peu chez l’auteure. L’écriture est alors régie par d’autres exigences. Il faut écrire en adoptant différents points de vue, envisager d’autres attitudes que les siennes, laisser mûrir des personnages pour qu’ils acquièrent une consistance et, surtout, envisager un public destinataire laissé de côté par la poète.

« Un abîme sépare donc l’écriture poétique de l’écriture dramatique. Dès lors se pose une question d’identité. Le je du poète est-il encore un je quand il se fait dramaturge ? [...] Où est le moi du dramaturge quand il a pour fonction d’habiter, d’investir les protagonistes, d’adopter leur point de vue et leur comportement ? Au théâtre, toujours, l’acte de créer implique celui de s’identifier, d’être chaque fois l’autre tout en restant soi . »

Avant de laisser s’épanouir une multiplicité de personnages, Liliane Wouters privilégie une structure préalable. Elle prend le contrôle du récit en en balisant le canevas. Les personnages apparaissent d’abord d’une manière « assez vague, ensuite de plus en plus nette, un timbre de voix qu[‘elle finit] par reconnaître, une présence qui devient permanente ». Viennent alors la précision du physique, le nom, les tics, les mimiques, etc.

Auteur
Liliane Wouters
Liliane Wouters est née à Ixelles en 1930. Elle a voué sa vie à la poésie, sa « forme d’élection », a traduit plusieurs poètes flamands, a composé d’importantes anthologies. Elle s’est également illustrée comme dramaturge. Elle... lire la suite
Index
Des Auteurs Des titres
Facebook